Skip to content
SÉOUL A SUPPRIMÉ SON AUTOROUTE URBAINE
Découvrez l’incroyable projet qui a métamorphosé la capitale coréenne.
06 Août 2021

En 2003, les autorités locales de Séoul prenaient une décision radicale : supprimer l’autoroute qui traversait la capitale et rouvrir l’ancienne rivière. Un projet d’avant-garde en matière de réaménagement urbain et de transition des mobilités.

 

D’est en ouest de Séoul coule la rivière Cheonggyecheon (prononcer « chung-yay-chun»). Dans les années 50, on décida d’abord de la recouvrir pour des raisons sanitaires. On construisit par la suite un boulevard autoroutier de 14 voies au total. En 1968, la Cheonggyecheon Expressway était née, axe principal de circulation et d’accès au centre-ville de Séoul, symbole du modernisme et du tout automobile.

Un projet de réaménagement urbain spectaculaire

En 2003, revirement des autorités devant la dégradation des conditions de circulation (170 000 véhicules par jour !) et une pollution atmosphérique très préoccupante. Elles lancent le projet de supprimer l’Expressway et de rouvrir le cours de la rivière. Sur les berges, un corridor vert réservé aux promeneurs et aux cyclistes, est aménagé, avec plantations, cascades, jeux d’eau, ponts de pierre et de bois. Il permet à chacun de profiter des bienfaits de la nature en plein ville. Les voitures sont autorisées à circuler sur un boulevard urbain réduit à… 4 voies.

Le changement de comportement des usagers

Un risque toutefois : la congestion du trafic. Il fallait inciter les usagers à préférer les transports en commun, le vélo ou la marche, à la voiture individuelle. 22 ponts (dont 12 exclusivement pour les piétons) sont alors construits afin de faciliter l’accès au réseau de transport et relier les quartiers auparavant isolés. Un « No driving day » est instauré avec gratuité des transports collectifs les jours de forte dégradation de la pollution. D’autres projets sont accélérés : la suppression de 15 autres autoroutes urbaines, la réintroduction du tramway, l’aménagement de pistes cyclables.

Une renaissance environnementale

Les impacts écologiques du projet ont été nombreux. Avec la diminution drastique de la circulation automobile, la qualité de l’air s’est améliorée. La rivière à ciel ouvert a aussi contribué à réduire les îlots de chaleur urbains par sa fraîcheur bienfaisante. Elle a limité les risques d’inondations par ses capacités d’infiltration. La biodiversité s’est aussi développée tout au long de la rivière réalimentée en eau, avec la réapparition de nombreuses espèces végétales et animales (oiseaux, poissons et libellules notamment).

 

À Séoul, coule à nouveau une rivière… Un projet durable au bénéfice de la population, source d’attractivité et d’inspiration pour le monde entier !

Chiffres clés

9 962 393 habitants (2019)

un corridor vert continu de 5,7 km

30 000 véhicules par jour sur le nouveau boulevard (contre 170 000 avant 2003)

-35 % d’émissions de particules fines (48 microgrammes par m3 contre 74 avant le projet)

3,3°C de baisse des températures estivales moyennes pour les quartiers environnants

+15,1 % de la fréquentation des bus et +3,3 % de la fréquentation du métro (entre 2003 et fin 2008)

5 lignes de métro et 18 lignes de bus desservant le quartier

308 espèces végétales dans la rivière en 2008 (contre 62 en 2003), 25 espèces de poissons (contre 4), 36 espèces d’oiseaux (contre 6).

» Retour à toutes les actualités