Skip to content
PARTAGEONS NOS MOBILITES !
De nouvelles formes de transports durables à découvrir…et à tester !
05 Septembre 2022

Covoiturage, transports à la demande, pédibus : ce sont les nouvelles pratiques de mobilités collectives et partagées qui ont tout pour plaire. Vous êtes perplexe ? Sceptique ? Allez, on vous dit tout !

Encore méconnues du grand public, ces solutions se développent de plus en plus, dans les grandes agglomérations mais aussi dans les territoires ruraux qui ne disposent pas d’une offre suffisante de lignes de bus ou de tramway. A la fois économiquement avantageuses et respectueuses de la planète, elles sont amenées à prendre de l’ampleur dans les années qui viennent. Tour d’horizon et décryptage.

Covoiturage : partageons nos trajets

Le principe du covoiturage, c’est partager un trajet entre différentes personnes : le conducteur du véhicule (un particulier qui a des places à proposer) et un ou plusieurs passagers qui ont besoin de se déplacer. Au cours de la dernière décennie, la plateforme BlaBlaCar (aujourd’hui 35 millions de membres à travers 22 pays) a contribué à faire connaître cette pratique au grand public.

Pour quels types de déplacements ?

Le covoiturage ne concerne pas que des trajets longue distance, il peut être pratiqué pour tous les trajets du quotidien, de façon occasionnelle ou régulière : pour aller au travail, à l’école, à la gare, au supermarché…

Deux formules existent :

  • Le propriétaire du véhicule est l’unique conducteur et les passagers participent aux frais liés au déplacement (carburant, stationnement, péage…)
  • Le véhicule de chacun est utilisé tour à tour par les covoitureurs qui sont tantôt conducteurs tantôt passagers.
Quels sont les avantages ?

Le covoiturage a tout bon :

  • Des économies de transports substantielles pour le particulier (conducteur et passager)
  • Une offre de mobilité pour les habitants des territoires dont les besoins en transport ne sont pas couverts
  • Une diminution du trafic automobile et de la pollution en ville
  • Une solution solidaire et conviviale pour tous.
Covoiturage mode d’emploi

Faire du covoiturage, c’est facile. Il peut être mis en place directement entre collègues, parents d’élèves ou voisins pour satisfaire un besoin de déplacement commun plus ou moins lointain.

Il est possible aussi de s’inscrire sur un site ou une application dédiée. On entre en contact avec la personne proposant le trajet souhaité (ou bien des passagers), on s’accorde sur les frais et on effectue sa réservation. Les avis des utilisateurs sont publiés ensuite après chaque trajet. A consulter pour choisir votre covoitureur en connaissance de cause.

Transports à la demande : un service à la carte

T.A.D. : ces trois lettres recouvrent des transports effectués en voiture ou en minibus, organisés par des opérateurs privés (entreprises) à destination de leurs salariés ou publics (autorités organisatrice de mobilité). La réservation est effectuée sur un site, une application ou par téléphone via une centrale d’appels.

Comment ça marche ?
  • Les trajets sont effectués en commun dans un même véhicule (entre 4 et 20 passagers)
  • Certains TAD effectuent un parcours régulier entre deux points, en desservant totalité ou partie de l’itinéraire selon les réservations, à des horaires fixes ou libres.
  • D’autres formules prennent en charge les personnes à leur domicile, avec une destination et des horaires libres.
Qui est concerné ?

Tout particulier peut y avoir accès à un prix variable selon les territoires. Ce dispositif rend particulièrement service :

  • Aux habitants des zones rurales peu desservies par les transports en commun ;
  • Aux personnes en incapacité de conduire ou sans permis ;
  • Aux personnes à mobilité réduite.

Et ce, pour de nombreux déplacements de la vie quotidienne : aller chez le médecin, faire ses courses, rendre visite à quelqu’un, se rendre à la gare ou au travail…

Les TAD peuvent aussi être réservés pour transporter les salariés d’une entreprise (en horaires décalés par exemple), pour des sorties destinées à des jeunes, à des séniors, pour un service de soirée (éviter aux participants de reprendre le volant)…

Pédibus : citoyen et écologique

On peut aussi opter pour un dispositif de mobilité partagée pour un besoin bien spécifique. C’est le cas du pédibus : un ramassage scolaire pédestre effectué par des parents à tour de rôle ou par des bénévoles.

Les avantages sont multiples :
  • Éviter à chaque parent de conduire son enfant à l’école individuellement en utilisant sa voiture ;
  • Favoriser les liens sociaux et la convivialité ;
  • Développer l’activité physique chez les jeunes ;
  • Les sensibiliser à l’importance de l’écomobilité en montrant l’exemple !

Les collectivités se mobilisent

Depuis la Loi d’orientation des mobilités (LOM) de 2019, le développement des mobilités partagées, en particulier le covoiturage, est encouragé :

  • Des aides sont versées aux conducteurs et aux passagers qui pratiquent le covoiturage (subvention des trajets) ;
  • La création de voies dédiées au covoiturage sur les grands axes routiers, notamment aux abords des grandes agglomérations, s’accélère ;
  • Un forfait mobilités durables a été créé pour les déplacements domicile-travail effectués en covoiturage ou avec un véhicule en auto-partage (prise en charge jusqu’à 600 euros par an pour un salarié du secteur privé, 200 euros pour les agents publics)

Covoiturage, TAD, pédibus : dans le domaine des mobilités partagées et durables, vous avez l’embarras du choix… Laissez-vous tenter !

Dans la métropole clermontoise :

Pour le covoiturage : vous pouvez covoiturer avec Mov’ici (plateforme régionale).

Durant l’été et jusqu’à la fin de l’année 2022, l’application de covoiturage Klaxit est expérimentée avec succès sur le territoire métropolitain, un projet subventionné par le SMTC-AC. Plus d’infos ici.

 

Pour le TAD : découvrez aussi Mon auto partagée, le service d’auto-partage entre particuliers proposé par le SMTC-AC et MooviCité, les transports à la demande dont vous avez besoin.

Chiffres clés

900 000 personnes covoiturent tous les jours pour leurs trajets domicile-travail, soit 3 % des trajets (contre 70 % en voiture individuelle, principalement en « autosolisme »). Objectif d’ici 2024 : 3 millions d’usagers.

 

2 000 euros d’économies annuelles pour un salarié à 30 km de son travail qui covoiture quotidiennement

 

272 746 tonnes de CO2 évitées en 2018 grâce au covoiturage longue distance.

-10 % d’émissions de gaz à effet de serre pour un abonné à un service d’auto-partage.  

» Retour à toutes les actualités

Vos questions sur le projet Vos questions sur le projet Vos questions sur le projet