Skip to content
LE POINT SUR NOS MOBILITES AUJOURD’HUI
En guise de conclusion…
24 Décembre 2021

Depuis quelques années, nos modes de déplacement ne cessent de se transformer, dans un contexte de grandes transitions environnementales, énergétiques et urbaines, et sont tournés vers l’avenir. Pour clore notre série, voici le bilan de ces évolutions qui nous inspirent…

En 2021, on ne se déplace plus comme dans les années 1990, 2000 ou même 2010, c’est une réalité.

Le dérèglement climatique et ses effets de plus en plus marqués, l’envie de retrouver un espace public de qualité et dernièrement la crise sanitaire ont changé notre perception et nos attentes. Partout dans le monde, ils engendrent de nouveaux comportements de la part des citoyens et des autorités. Place aux nouvelles mobilités !

Protection de l’environnement et qualité de vie au programme

Les événements climatiques de ces dernières années ont montré à l’humanité que ces questions sont les deux priorités des prochaines décennies et que l’une ne va pas sans l’autre.

Un idéal urbain commun est en train de se dessiner, plébiscité par des citoyens toujours plus nombreux : il privilégie piétons, cyclistes et transports collectifs, laisse davantage de place à la nature. Le trafic automobile y est réduit, limité aux véhicules propres, les mobilités sont douces, vertes et actives au sein d’un univers apaisé, harmonieux, qui garantit aux habitants santé et sérénité au quotidien.

Mobilisation générale !

Dans le prolongement des conférences mondiales pour le climat, des engagements sont pris à l’échelle des états, des régions, des métropoles, des villes. Le « Pacte vert » en Europe, la Loi d’orientation des mobilités en France mettent progressivement en place de nombreuses mesures pour impulser et concrétiser ce changement de modèle. Côté citoyens, on applique, on s’adapte, on participe, on conteste parfois, mais en fin de compte, on change !

Les métropoles et les villes à la manœuvre

Elles instaurent peu à peu les conditions pour assurer le développement de nouvelles mobilités sur leur territoire, tout en incitant les habitants à modifier leurs habitudes.

  • la voiture individuelle thermique n’est plus l’alpha et l’oméga des déplacements urbains : l’accès des centres-villes est de plus en plus restreint pour les véhicules motorisés, parfois interdit aux voitures polluantes (diesel notamment) / la vitesse est limitée dans certaines zones / de nombreuses places de stationnement sont supprimées / l’autopartage de voitures électriques est développé / des parkings-relais sont créés en périphérie ;

 

  • les modes de déplacement doux et actifs sont privilégiés et encouragés : on piétonnise les centres-villes, on aménage des réseaux cyclables, les locations de vélos en libre-service et des applications spéciales vélo sont mises à disposition des usagers ;

 

  • les collectivités accélèrent la restructuration de leurs réseaux de transports collectifs (bus, tramway) : les mobilités à l’échelle d’un territoire sont pensées dans leur globalité. Objectif : proposer une véritable alternative à l’usage de la voiture individuelle grâce à des offres de mobilités nombreuses et diversifiées.

Et InspiRe dans tout ça ?

Le projet prévoit :

 

  • la réorganisation de l’ensemble du réseau de transports en commun autour de la ligne A du tramway et des deux nouvelles lignes de bus B et C à haut niveau de service. Objectif : proposer une alternative performante à la voiture individuelle ;
  • des aménagements cyclables le long des lignes B et C ;
  • le réaménagement de l’espace urbain, repensé pour offrir une meilleure qualité de vie aux habitants : remodelage de places et de carrefours, voies partagées avec une vraie place attribuée aux vélos, aux piétons et aux modes doux …

Avec InspiRe, la métropole clermontoise prépare aujourd’hui ses mobilités de demain !

Chiffres clés

(Chiffres sondage octobre 2020)

 

78 % de Français ont apprécié la mise en place des aménagements cyclables durant le premier confinement, 75 % l’aménagement de zones piétonnes

58 % des Français sont favorables à la limitation à 30 km/h

 Le projet InspiRe, c’est :

 

27 km de nouvelles lignes de bus BHNS créés, 64 stations prévues

90 % d’aménagements cyclables le long des nouvelles lignes

» Retour à toutes les actualités

Vos questions sur le projet Vos questions sur le projet Vos questions sur le projet